Le financement de la campagne présidentielle américaine

30/01/2012

L’Express publie un article au sujet d’un nouveau mode de financement des campagnes électorales aux Etats-Unis : le PAC (political action committee). Il permet aux donateurs, particuliers ou personnes morales, de financer de manière anonyme et sans limite les “comités d’action politique”, qui assumeront directement certaines dépenses des candidats à l’élection présidentielle.

Lire l’article de L’Express.

Lire la suite

Le directeur de campagne de Barack Obama stigmatise les lobbies pétroliers.

16/05/2011

Jim Messina, directeur de campagne de Barack Obama, dénonce les dysfonctionnements de Washington et les 4 milliards de dollars de cadeaux fiscaux versés cette année aux 5 principales compagnies pétrolières alors qu’elles ont enregistré 36 milliards de dollars de bénéfices au premier trimestre 2011.

D’après lui, il est probable que lorsque le Sénat tentera de couper les subventions pétrolières, une minorité de sénateurs bloquera le vote.  Toujours selon lui, même si le Sénat tentait de présenter un projet de loi à ce sujet, il y aurait peu de chances qu’il soit mis à l’ordre du jour en séance, alors que le prix des carburants atteint des records et que ces compagnies n’ont pas besoin de l’argent du contribuable américain.

Il déclare donc que:

« These five companies are expert manipulators of the money-for-influence game in Washington that the President is working to change. It’s simple math — they spent more than $145 million last year on nearly 800 lobbyists whose job is to defeat bills like this one. The $4 billion they’ll likely get to keep as a result represents a 2,700% return on their investment. »

Il propose de mettre en place une campagne électorale populaire qui n’acceptera pas d’argent des lobbyistes de Washington, et appelle  au don en citant le président Obama  « au lieu de subventionner les sources d’énergie d’hier, nous devons investir dans celles de demain. »

Lire la suite

Un rapport sur le role du responsable des Affaires Publiques dans la gestion des risques d’une entreprise

02/12/2010

La Foundation for Public Affairs vient de publier un nouveau rapport intitulé « Managing Risk : Public Affairs and Entreprise Risk Management ». Le but est d’aider les responsables des affaires publiques dans les entreprises à comprendre et mettre en place des processus de gestion du risque (ERM, Enterprise Risk Management) dans leurs organisations.

Si les principes de la gestion du risque sont familiers à beaucoup de spécialistes des affaires publiques, le concept d’ERM est relativement nouveau. Il se définit comme un effort d’identification et de gestion des risques politiques, opérationnels, économiques ou gouvernementaux à travers toute l’entreprise.

Ecrit par Tom Price, l’ouvrage utilise de nombreux exemples d’entreprises (notamment Union Pacific, Chevron et Deere & Company) pour montrer comment les personnes chargées des affaires publiques participent de plus en plus aux efforts de leurs entreprises pour contrôler le risque, et comment le professionnel des affaires publiques peut organiser cette gestion des risques.

Cliquez ici pour télécharger le rapport en pdf et là pour l’acheter en version papier.

Lire la suite

Les dépenses des sociétés américaines technologiques en matière de lobbying

15/11/2010

Comme vous le savez, aux Etats-Unis, les entreprises doivent rendre public chaque année le détail de leurs actions de lobbying. Business Insider a publié il y a quelques mois un graphique montrant les dépenses réalisées par les grandes sociétés américaines des nouvelles technologies en 2009.

On s’aperçoit que le champion du lobbying est AT&T (le plus grand fournisseur de services téléphoniques et Internet américain) avec une dépense totale de près de 15 millions de dollars. Le groupe de médias Comcast est un autre poids lourd malgré un chiffre d’affaires moins important. Mais c’est Yahoo, et dans une moindre mesure, Google, qui sont les sociétés de services web qui consentent l’effort le plus important au regard de leurs revenus. Apple est bon dernier, utilisant à peine plus d’1,5 millions de dollars à ce travail.

Pour l’année 2010, Google va être au moins au même niveau de dépenses que 2009. Selon L’Expansion, la firme a en effet annoncé en octobre avoir déjà dépensé 3,92 millions de dollars, dont 1,2 million pour le troisième trimestre. Le géant du web a utilisé cet argent pour tenter de faire entendre sa voix dans les domaines de la protection de la vie privée, des télécoms, de la publicité, des brevets, ou encore des énergies renouvelables.

A noter que Facebook, qui n’est pas présent sur ce graphique, dépense dix fois moins que Google (120000 $ pour le troisième trimestre 2010), même si son budget est en forte augmentation puisqu’il a doublé par rapport à l’année passée.

Lire la suite

Une étude du site “Mother Jones” sur les lobbies au Congrès américain

18/10/2010

Aux Etats-Unis, la réglementation sur le lobbying est ainsi faite que des groupes d’intérêts ont le droit de financer des partis politiques, à condition de le déclarer.

Les divers financements des partis sont donc connus de manière précise, et c’est ce qui a permis aux journalistes du magazine américain de gauche « Mother Jones » de produire des représentations du Sénat et de la Chambre des représentants non pas en fonction des orientations politiques mais des donateurs principaux des élus.

Des représentations qui sont suffisamment parlantes pour se passer de commentaires, je vous les livre donc telles quelles :

The Senate: Lawyers, Drugs, and Money

The Senate: Lawyers, Drugs, and Money

Lire la suite

http://www.lobbyiste.org/wp-content/themes/platform